jeudi 10 décembre 2015

Les conséquences du mépris de la composante psychologique

Je suis tombé aujourd'hui sur ce texte de René Roussillon* intitulé "L'errance identitaire" dont je vous propose cet extrait. Je lui trouve une résonance avec l'actualité et la résurgence du totalitarisme.

"Quelque soient les causes de l'exclusion, qu'elles soient internes ou externes, individuelles ou sociales, qu'elles impliquent le mélange d'une série de causalités cumulatives ou soient pensées à partir d'une causalité nettement dominante, leurs effets marquent leur impact sur la subjectivité de celui qui s'y trouve confronté. Ainsi, y a t-il toujours une souffrance psychique et une menace narcissique-indentitaire impliquée, donc une composante psychique inévitable qu'il faut prendre en compte dans l'analyse de la conjoncture de l'exclusion.
Un traitement de la question qui ne considérerait que les aspects "matériels" ou "sociaux" de celle-ci devrait s'attendre à de sérieuses difficultés, tout comme il serait illusoire de considérer que seules les mesures de nature relationnelle ou "psychologique" pourraient à elles seules suffire à faire avancer de manière notable le problème. Le mépris de la composante psychologique et des aspects psychiquement réactionnels de l'exclusion ne peut aboutir qu'à des formes de révolte ou de sabotage conscient ou inconscient, parfois manifeste souvent plus implicite mais non moins efficace."

*René Roussillon est Professeur de Psychopathologie à Lyon II

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire