dimanche 19 juillet 2015

L'audacieux discours de Hollande à Yaoundé




Dans un discours qu'on peut qualifier d'historique et d'audacieux à Yaoundé, le Président François Hollande convoque l'histoire telle qu'elle est, nue et complexe entre la France et le Cameroun. Il rappelle que c'est le Cameroun qui le premier soutînt le général De Gaulle en 1940. Il évoque également les faits imputables à l'armée française pendant et après la colonisation. Il met aussi les pieds dans la termitière des questions de gouvernance, démocratie et droits de l'homme.

"Une relation qui est riche, ancienne, qui a connu une période particulièrement glorieuse, pour le Cameroun comme pour la France, lorsque nous songeons à ce qui s'est fait durant la Seconde Guerre mondiale : c'est de Douala qu’était partie la Division Leclerc, pour libérer la France. Nous n'oublions pas ce qu'ont fait de nombreux Camerounais, de nombreux Africains d'ailleurs, pour nos libertés, et je voulais aussi témoigner.

J'ai aussi en mémoire d'autres actes historiques, ceux-là plus sombres, plus tragiques. Il me revient aussi de les rappeler, puisqu’autour de l'indépendance il y a eu une répression particulièrement violente. La France doit regarder toujours avec lucidité les pages de notre histoire, surtout lorsqu’elle est commune, ici avec le Cameroun.
Nous avons cependant été capables de dépasser tout cela et la France, avec le Cameroun, depuis l'indépendance, a toujours voulu accompagner le Cameroun dans l'ensemble de son développement. Vous y avez contribué.

Il y a ici celles et ceux qui sont nés au Cameroun, qui y ont toujours vécu. Il y en a d'autres qui sont venus plus récemment. Il y a ceux qui travaillent dans la fonction publique. Il y en a d'autres qui travaillent dans les entreprises présentes, nombreuses d'ailleurs, au Cameroun. Il y a aussi les représentants des organisations non-gouvernementales, et les Alliances françaises. Il y a aussi tous ceux qui promeuvent la langue française, la culture française. Je voulais vraiment vous remercier pour ce que vous faites."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire