jeudi 19 mars 2015

Boko Haram : La sidérante absence du Nigéria.

Ce mercredi la secte terroriste Boko Haram a repris du terrain à Gambaru près de la frontière avec le Cameroun. Au moins dix civils ont été tués par les djihadistes nigérians.  Cette localité avait pourtant été reprise au prix d'une offensive conjointe de l'armée tchadienne et de celle du Cameroun qui avait verrouillé sa frontière. Le sujet aujourd'hui au coeur du débat c'est celui de la passivité avérée du Nigéria après cette importante victoire.

Suite aux nombreux revers et sa récente allégeance à DAESH le groupe terroriste nigérian donnait pourtant des signes de faiblesse. Les forces armées tchadiennes avaient jour après jour en faveur du droit de suite qu'elles ont sur le territoire nigérian, fait subir de cuisantes défaites aux "BH" comme les appellent les forces de défense et de sécurité camerounaises. Sentant bien l'affaire le Président Tchadien Idriss Déby avait même récemment suggéré à Shekau le chef de BH de se rendre.

Mais c'est sans compter sur le sentiment d'humiliation du gouvernement d'Abuja. En effet, jalouse de leur souveraineté territoriale les autorités nigérianes ne digèrent pas le fait que le Cameroun et le Tchad obtiennent des résultats probants sur leur territoire. C'est ainsi qu'elle auraient intimé selon des sources concordantes l'ordre de se retirer de leur territoire à l'armée tchadienne. Ce qui peut venir corroborer cela c'est qu'invariablement chaque victoire tchadienne est suivie d'un communiqué du porte parole de l'armée nigériane faisant état pudiquement d'une opération concertée alors que tout laisse à penser que peu de choses sont mises en place du côté d'Abuja... A tel point qu'un officier de l'armée camerounaise sous le couvert de l'anonymat ironiquement disait récemment que l'armée nigériane était le meilleur adversaire qu'on pouvait souhaiter avoir.

Après la libération de Gambaru on aurait tout de même pu s'attendre à ce que l'armée nigériane prenne le relai immédiatement et s'y installe. Elle avait même annoncé d'invérifiables nombreuses victoires comme elle semble en avoir l'habitude. Contrairement à l'armée camerounaise qui a ouvert ses postes militaires avancés aux journalistes français suite à la reprise de Fotokol. Mais elle est restée aux abonnés absents. En effet le gouvernement d'Abuja et le Président Jonathan Goodluck qui avaient habitué la communauté internationale aux effets d'annonce sans suite semblent avoir décidé d'une stratégie électorale où on annonce des victoires et où on s'approprie les victoires contre BH. Car qui n'a pas oublié l'annonce fracassante annonçant en grande pompe la libération des lycéennes de Chibok ? Même le Président François Hollande pourtant avisé s'était fait avoir par dans cette désastreuses opération de communication d'Abuja.

C'est donc l'incompréhension, la colère et la sidération qui dominent face à cette attitude irresponsable des autorité nigérianes après le lourd tribut payé par le Cameroun et le Tchad pour reprendre les positions abandonnées par leur armée à Boko Haram. Il est temps pour le Nigéria de prendre ses responsabilités et assumer sa part essentielle dans le combat contre Boko Haram.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire