jeudi 29 janvier 2015

70ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz : Discours de François Hollande au Memorial de la Shoah



"Il y a trois semaines à Paris, quatre hommes sont morts dans un magasin casher pour le même motif qu’ont été raflées les familles du Vel d’Hiv’ en 1942, qu’ont été frappés les fidèles de la rue Copernic en 1980, qu’ont été assassinés les promeneurs de la rue des Rosiers en 1982, qu’a été torturé le jeune Ilan HALIMI en 2006, qu’ont été massacrés les enfants de l’école Ozar Hatorah de Toulouse en 2012. Parce qu’ils étaient juifs. Ils sont morts, non pour ce qu’ils avaient fait, mais pour ce qu’ils étaient : juifs. Et ils sont encore quatre noms qui doivent s’ajouter à ceux, si nombreux, inscrits sur ce mur de la mémoire.

La montée des actes antisémites est depuis plusieurs années une réalité insupportable. Leur nombre aurait doublé l’année dernière : agressions, incivilités, vandalisme. Ce fléau conduit, je le sais, certains juifs à s’interroger sur leur présence en France. La France à laquelle ils ont donné tout leur cœur, et dont ils ont ressenti profondément au cours de leur vie, les joies et les tristesses. Cette France qui les aime, comme elle aime tous les enfants de la République, mais cette France où parfois, ils ne se sentent plus en sécurité. Et ce doute, cette interrogation est une blessure, une blessure terrible pour la République, qu’elle doit soigner, qu’elle doit traiter."

Source : elysee.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire