vendredi 9 mai 2014

François Hollande tape dans le mille contre celles et ceux qui se déclarent patriotes : 

"A l’abri derrière ces barrières, disent-ils, nous serons protégés des tempêtes, loin de la mondialisation. Qui peut les croire ? Comment un pays qui exporte plus d’un quart de sa production pourrait-il prendre le risque de l’isolement. Si nous refusons les produits des autres, pourquoi accepteraient-ils les nôtres ? Si nous ne voulons plus acheter, comment pourrons-nous vendre ?
Oui, il faut réguler le commerce mondial. Oui, il faut défendre nos industries. Oui il faut lutter contre le dumping social. Mais frapper de taxes nouvelles les produits que nous consommons tous les jours aux prix les plus bas ce serait le décrochage et, bientôt, l’appauvrissement.
Le monde d’aujourd’hui bascule vers le sud et vers l’est. De nouvelles puissances émergent sans que les anciennes n’aient réduit leur prétention. L’avenir appartient donc aux continents. C’est-à-dire à l’union des nations qui sans rien perdre de leur singularité, conjugue leurs forces pour exprimer leur modèle."

Extrait de la tribune du 8 mai 2014 dans le journal Le Monde

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire