jeudi 21 novembre 2013

Qui a dit que François Hollande n'en avait pas ?

Crédit photo @Elysee
Mardi soir les Bleus sont rentrés dans l'histoire en étant la première équipe en Europe à remonter un handicap de deux buts au match retour. Personne n'y croyait au fond. En début de soirée Michaël Darmon habitué du "château" annonçait l'absence du Président de la République en voyage en terre sainte. Il avait même envoyé un message indirect depuis Israël : "je ne peux donner que des encouragements". Pour les journalistes il ne faisait aucun doute que François Hollande ne serait pas au stade de France. D'après certaines sources à l'Elysée il y a deux raisons : la première le risque d'avoir des sifflets, et la deuxième plus politique et sportive sur la taxe à 75% qui a été à l'origine d'une passe d'armes entre les clubs de foot et le gouvernement.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Et puis surprise, surprise, François Hollande contrairement à ce que lui suggéraient des conseillers à la descente d'avion s'est dirigé vers l'arène des bleus, a pris sa place dans la tribune présidentielle. Je ne résiste pas à la tentation de vous faire partager ce message subliminal qu'il a envoyé à la nation dans ce moment exceptionnel de communion, d'union nationale face à une journaliste de TF1 :

"C'est une victoire de l'équipe, d'une équipe qui s'est battue, de la première minute jusqu'à la dernière. Qui y a cru, qui s'est rassemblée, les victoires en ce moment on les goûte particulièrement. Surtout quand il y a une ambiance. On dit, cette équipe, elle n'y arrivera pas, elle ne peut pas y arriver. Parce que plein de chose ... elle y est arrivée. Et nous montre un exemple. Il faut y croire." 

Question bonus de la journaliste TF1 :
"Elle a l'air de se compliquer la tâche l'équipe de France ?"
"C'est souvent le cas en France, on prend pas le chemin le plus direct. Le principal c'est d'y arriver. Ensuite il faut faire une belle Coupe du monde, c'est au Brésil, c'est mythique le Brésil. Je pense à tous les Français qui sont heureux ce soir. Il y a des occasions parfois d'être en colère, ou inquiet, aujourd'hui il faut savourer la victoire. Elle est dû à son équipe de France, et à l'entraîneur. L'entraîneur ça compte."

Merci aux amis du Chef de l'Etat qui l'ont convaincu de renouer avec sa vraie nature, et qui lui ont permis d'être ce qu'il a déjà montré pour l'intervention au Mali, un homme courageux, qui en a.

2 commentaires:

  1. Vincent, tu me fais plaisir car maintenant c'est la Droite qui a les boules ! Ils souhaitaient même que LES BLEUS perdent pour taper encore sur Hollande!

    RépondreSupprimer