mardi 9 juillet 2013

Jean-Marc Ayrault présente la stratégie d'investissements du Gouvernement

Ce mardi 9 juillet le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a présenté la stratégie d'investissements du Gouvernement pour la France à l'Université Pierre et Marie Curie. Priorité au logement, transports et investissements d'avenir. Vidéo et résumé du discours.

Transition énergétique, révolution numérique... par Matignon

"Que sera la France dans 10, ou même dans 20 ans ?

Pour façonner cette France, il faut faire acte d’imagination, et de volonté.

Je veux une France où les villes et les villages devenus plus denses sauront préserver les terres agricoles, les espaces naturels et la biodiversité. Je veux une France qui rassemble ses territoires sans en exclure aucun, ses territoires ruraux comme ceux de nos cités. Une France où, dans chaque commune, des logements de qualité seront accessibles à tous les ménage et leur permettront de réduire leur consommation d’énergie. Une France où l’énergie sera davantage issue de modes de production renouvelables et moins du nucléaire.

Je veux une France où le service de santé se sera modernisé, où les dernières innovations thérapeutiques seront accessibles à tous ; Une France où les jeunes seront mieux formés, où l’alternance se sera vraiment développée. Une France qui valorisera la connaissance au sein d’un plus grand nombre de pôles universitaires et de laboratoires à rayonnement mondial ;
Mesdames et messieurs, je veux une France où les voyageurs et les marchandises circuleront plus facilement, grâce à des transports plus performants et plus économes en énergie ; Une France qui émettra moins de gaz à effet de serre, où la qualité de l’air et de l’eau sera meilleure. Une France où l’économie circulaire se sera développée, et dont les entreprises intégreront systématiquement les enjeux environnementaux dans leurs décisions ; Une France où l’accès à la connaissance sera facilité, grâce à l’internet à très haut débit accessible sur tout le territoire ;
Enfin, une France qui aura créé de nouveaux relais de croissance pour ses entreprises, rassemblées au sein de filières bien structurées, conquérantes à travers le monde, et capables de créer des emplois durables.

Mesdames et Messieurs, cette France là, c’est la France que nous voulons. Et nous y arriverons. A condition de faire en temps utile les choix qui s’imposent. Et nous avons fait des choix clairs :
  • Redresser les comptes publics ;
  • Restaurer la compétitivité de nos entreprises
  • Engager des réformes structurelles nécessaires
  • Réussir la transition écologique grâce à un nouveau modèle de développement.
Ces choix sont intimement liés au plan que je présente aujourd’hui :
(...)
Les principaux domaines d’intervention du nouveau PIA (plan d'investissements d'avenir) seront au nombre de trois :
  • Premièrement, la recherche et l’université, avec une enveloppe de 3,6 milliards d’eurosdestinée notamment à poursuivre le financement des initiatives d’excellence. L’objectif est de créer de nouveaux campus à rayonnement international, de les équiper des matériels de dernières génération, et d’accélérer la mise au point des technologies clés; 
  • Deuxièmement, la transition énergétique et écologique et la construction urbaine durable, auxquels seront directement dédiés 2,3 milliards d’euros : par l’intermédiaire de l’ADEME, qui recevra environ la moitié de cette dotation, nous développerons par exemple les projets des entreprises du génie écologique, de la sobriété énergétique ou du recyclage. Nous acquerrons la maîtrise des technologies des énergies du futur, comme la pile à combustible, les réseaux de chaleur ou la biomasse, et nous généraliserons leur utilisation. Nous agirons enfin pour préserver notre biodiversité. Si l’on tient compte du vaste projet Linky de maîtrise de la consommation d’énergie, ce sont presque 7,5 milliards d’euros qui seront ainsi directement mobilisés en faveur de la transition écologique et énergétique.
  • Troisième domaine d’intervention : l’industrie, à laquelle nous consacrerons 1,7 milliard d’euros. Il s’agit ici d’encourager l’innovation, notamment au sein des pôles de compétitivitépour favoriser l’émergence de nouvelles filières à fort potentiel. La robotisation, le déploiement des services sans contact, le développement d’une nouvelle génération de biocarburants, la constitution d’une vraie industrie des dispositifs médicaux, l’utilisation généralisée de réseaux intelligents".
Source : Gouvernement

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire