mardi 20 novembre 2018

Gilets jaunes : Le mépris de classe

Le mépris de classe et la stigmatisation facile en cours sur les gilets jaunes, renseignent sur le naufrage intellectuel dans lequel nous sommes en France. Est-ce pour se rassurer que certains publient aussi facilement ces crachats à la figure de personnes qui pour la plupart expriment un désarroi ? 

J'observe depuis deux ans avec sidération, la délectation morbide, de l'agonie des partis dits traditionnels et l'affaiblissement des corps intermédiaires. Du coup il n y a plus de médiateur et le Président actuel lui même reconnait son échec cuisant dans cette stratégie ... mais on continue de manière irresponsable à afficher sur les réseaux sociaux et médias "mainstream" le mépris de classe. 

Un peu de décence et d'humilité nous ferait à toutes et tous le plus grand bien. Nous ferions mieux de penser à ceux qui sont plus jeunes et qui vont devoir récupérer un pays en lambeaux.

lundi 8 octobre 2018

La présidentielle camerounaise à l'épreuve du tribalisme

Ce matin je me suis réveillé avec le dégout du tribalisme et du racisme, à l'occasion de la Présidentielle au Cameroun. Depuis des mois, je prenais à la légère les commentaires parfois un peu excessifs, inhérents à une campagne.

Mais depuis quelques jours, le déferlement de haine et de propos essentialistes, tribalistes, racistes proférés par les soutiens de Maurice KAMTO sur les réseaux sociaux me laissent sans voix. Pêle-mêle, je lis que les nordistes sont des "moutons" "sans cerveau", que les betis et boulou sont des "fainéants" "voleurs", et ne parlons pas des sawa ... "jouisseurs".
Deux candidats que j'ai trouvés novateurs, et qui revitalisent la politique au Cameroun, sont pourtant eux aussi l'objet d'attaques abjectes. Ainsi, le candidat du SDF Joshua OSIH, parce que métis de mère suisse, ne serait pas assez camerounais ... Cabral LIBII quand à lui serait un vendu, comme tous les bassa qui ont trahi Um NYOBE.
Le même candidat, à l'ère de l'internet où tout est public, s'autoproclame Président avant la proclamation des résultats.

En réalité, son funeste plan a échoué. La campagne et le vote, selon l'ensemble des observateurs, et la presse internationale se sont bien déroulés. Tout s'est passé avec une organisation à laquelle les camerounais n'étaient pas habitués, dans une transparence totale. Le résultat du vote de fait, sera donc incontestable.

C'est donc quoi le plan à venir de cet irresponsable ?

samedi 6 octobre 2018

Cameroun : Vers une réélection large de Paul BIYA ?

Quel parti politique a inscrit le plus de personnes pour l'élection présidentielle au Cameroun ? 
Sans aucun doute le RDPC, qui est une redoutable machine électorale. Toute personne qui a fait partie d'une équipe de campagne électorale en France, sait à quel point il faut cibler les zones à potentiel et prospecter en porte à porte. Pendant les primaires de la gauche, nous avions travaillé sur le découpage électoral, et une campagne d'inscription sur les listes électorales qui ont conduit à la victoire de François Hollande.

Je m'interroge donc, sur la pertinence des stratèges qui ont conseillé les principaux candidats de l'opposition à Paul BIYA. Si on rajoute le fait que l'opposition part en rang dispersés au Cameroun, sauf miracle, Paul BIYA devrait être très largement réélu ce dimanche 7 octobre 2018.

lundi 1 octobre 2018

Pourquoi recourir à la formation professionnelle en Afrique ?

À La question de savoir ce qui justifie le recours inlassable à la formation professionnelle aujourd’hui, la réponse est à rechercher dans la place qu’elle occupe dans le processus de développement économique des pays. Nombre d’entre eux, confrontés aux difficultés économiques et d’emploi s’engagent à la promouvoir. La majorité des pays africains, plus exactement ceux situés au sud du Sahara, de par leur statut de pays sous-développés, sont portés vers cette solution

Le Cameroun dont la santé économique illustre ce tableau, s’oriente inexorablement vers cette voie. D’ailleurs, l’histoire de la formation professionnelle dans ce territoire remonte à la période coloniale. Cependant son expansion et sa considération sont restées timides. Grâce au lien étriqué qu’elle établit entre la qualification individuelle, le développement des compétences et l’exercice d’un métier ou d’une activité professionnelle, la formation professionnelle apparaît comme une voie de salut, celle qui assure la performance économique

C’est la raison pour laquelle, il est indispensable de lui accorder une attention particulière si une solution efficace et durable veut être apportée au dramatique problème du chômage des jeunes. Tout comme elle participe sûrement au projet visant à mettre à la disposition des acteurs économiques une main-d’oeuvre qualifiée. Son rayonnement est incontestablement le moyen de garantir la prospérité à condition de s’affranchir des innombrables écueils pouvant enfreindre ses effets.

Philippe Mani, Docteur en Sciences de l'Education


Les systèmes de formations mis en place au lendemain de l’indépendance ont privilégié les formations longues, diplômantes, orientées vers les secteurs des grandes entreprises parapubliques.

De nombreux organismes de formation existent avec une offre abondante et parfois diffuse. Dans cet environnement, La formation professionnelle en Afrique apparait plus que jamais comme un secteur d'activité à part entière qui doit entamer une phase de structuration à deux niveaux :

• Les commanditaires privés et publics qui doivent mieux identifier, choisir leurs prestataires et évaluer l’impact de leurs actions;
• Les prestataires qui doivent professionnaliser leurs interventions et structurer leurs pratiques au service des entreprises et branches professionnelles.

Une structuration des interventions autour de l’ingénierie globale du système de formation, devient nécessaire pour garantir la mise en place des démarches prospectives, permettant l’adaptation des formations aux besoins actuels et futurs de l’économie.

Aux confluences de ces préoccupations, se trouve une diaspora ayant une solide expertise, sur plusieurs champs en France et, qui ne demande qu’à répondre aux synergies de sa double appartenance.

Robert Tiam, Cadre à l'AFPA

mercredi 26 septembre 2018

Conférence sur la formation professionnelle en Afrique

L’association ONLY CAMEROUN vous convie à sa conférence de rentrée, le Mardi 2 Octobre 2018, de 19h00 à 21h00.

Lieu : Palais du Travail, 9 Place  Lazare GOUJON 69100 Villeurbanne. Métro A Gratte-ciel, C 26, C 69,

Thème :

La formation professionnelle en Afrique
Comment structurer les expertises de la diaspora camerounaise, pour le développement des compétences ?
       Intervenants :
-    Philippe MANI, Docteur en Sciences de l’éducation
-    Jean-Paul KOVALESKY, Polytechnicien, PDG de VIBRATEC. SA
-    Robert TIAM, Cadre de l’AFPA
-    Léo MANY, Promoteur de MONEY DIASPORA et WAKA TV

Une collation vous sera offerte à la fin de la conférence.

Lazare EDJAGA,  06 50 04 24 17
Président